Top 5 Meilleur Multicuiseur 2017 – Comparatif & Guide d’Achat

Que nous disent nos feeds Facebook ? Qu’il devrait être facile de travailler 8h par jour et de manger équilibré le soir. Ceux qui ont tenté l’aventure savent que les amateurs de cuisine s’y collent plus volontiers en weekend. Pourtant, en France, on est de plus en plus nombreux à avoir envisagé une solution : le multicuiseur. Le Thermomix était un des premiers modèles à offrir ce type de services. Seulement voilà : même si son prix a baissé, il reste trop coûteux pour la majorité des foyers. C’est pourquoi nous avons cherché un équivalent à Thermomix, et nous avons rédigé ce comparatif des cinq meilleurs multicuiseurs du moment. Alors ? Quel multicuiseur choisir ? Comment choisir le meilleur multicuiseur ?

Multifonction, intuitifs, pratiques, ils doivent cuisiner en toute autonomie. Que ce soit pour des cuissons lentes ou des cuissons vapeur, c’est un compagnon électroménager indispensable qui en remplace bien d’autres. Lancer ragoût le matin et revenir avec un plat chaud en début de semaine ? Check ! Et tout ça en votre absence.

Sommaire:

Pour sélectionner le meilleur multicuiseur, Best Comparatif a analysé les principaux modèles et nous avons tâché d’établir les critères les plus importants. Ainsi, afin que vous puissiez vous-même chercher le multicuiseur parfait, nous avons rédigé un guide d’achat que vous pouvez retrouver à la fin de ce comparatif.


Comparatif Meilleur Multicuiseur 2017

Nom du modèle du multicuiseurCapacitéProgrammesPuissance Matériau
Moulinex Cookeo CE7041 (Choix de la rédac)6 Litres: 1 à 6 personnes100 recettes1200 WattsAcier
Moulinex MK7051115 Litres12 programmes750 WattsCéramique
Redmond RMC-M4502FR5 Litres34 programmes
100 recettes
860 WattsCéramique
Russel Hobbs 21850-565 Litres11 programmes900 WattsInox

Moulinex Cookeo CE7041 : Le meilleur multicuiseur qualité/prix

meilleur-multicuiseur-1La gamme Cookeo de Moulinex a révolutionné le monde des multicuiseurs. Grâce à un (petit) ordinateur intégré, ils ont non seulement des fonctions de programmation intelligentes, mais ils disposent aussi d’un écran LCD intégré. Son utilité est multiple. Entre l’électroménager et l’assistant de cuisine intelligent ? Il n’y avait qu’un pas, Moulinex l’a fait. Et à un prix qui défie toute concurrence.

Caractéristiques générales

Le Cookeo CE7041 est un cuiseur vapeur suffisamment large pour cuisiner environ 5 portions. La cuve de 6 litres est connectée à un système de cuisson polyvalent.

Il y a 7 modes de cuisson : sous pression à 115 degrés, à la vapeur, à feu doux, à mijoter, à rissoler, à réchauffer et en maintien au chaud. En un mot, c’est un multicuiseur qui fait office de cocotte minute programmable.

Avec 1200W de puissance, il peut se targuer de rivaliser avec vos plaques électriques. C’est grâce à ce wattage qu’il permet une cuisson ultra-rapide et efficace.

Design

La Cookeo CE7041 fait environ 37cm de circonférence pour autant de hauteur. Avec son coloris blanc chromé et sa bonne finition, il s’intègre à toutes les cuisines. On regrette un peu le choix d’un design sphérique qui n’optimise pas l’occupation de l’espace.

Sur le devant de l’appareil, on retrouve un écran tactile duquel on peu accéder à la liste des ingrédients requis, à la liste des recettes, au mode manuel, aux favoris et aux paramètres.

Sur le dessus, le bouton de déverrouillage est intuitif et sécurisé. Il est difficile d’accès pour les enfants et interrompt automatiquement la cuisson.

La cuve de cuisson, comme le panier vapeur, est imbriquée dans une gaine en plastique qui permet de la soulever sans se brûler.

Commodité d’emploi et entretien

Si la Cookeo CE7041 n’est pas un multicuiseur connecté, il se débrouille très bien sans internet ! On peut choisir parmi 100 recettes préprogrammées. Le menu, intuitif, permet de naviguer dans différentes catégories.

Il y a peu ou prou deux manières d’utiliser ce multicuiseur. On peut programmer la cuisson d’un plat entier en se contentant d’y mettre les ingrédients, et dans ce cas on paramètre tout un cycle de cuisine. On peut aussi s’en servir pour cuire un aliment pendant qu’on cuisine.

Dans ce cas, rien de plus simple : il suffit de cliquer sur « ingrédients » au lieu de « recettes » et de choisir quel résultat on souhaite obtenir. Cookeo s’occupe du reste !

On ne peut malheureusement pas rajouter de recettes. Mais les 100 programmes déjà existants permettent d’en faire à la fois un électroménager et un livre de recettes interactif. Parmi celles-ci, nous avons testé le pot-au-feu et le couscous. Si vous cuisinez souvent une recette, vous pouvez d’un clic l’enregistrer dans vos favoris.

Comme il maintient au chaud en fin de cuisson, on peut très facilement lancer un repas en début de journée, et rentrer le soir avec un plat chaud et prêt à être servi. On peut aussi programmer un départ de cuisson en différé, c’est-à-dire établir une heure à laquelle l’appareil se met en marche. Et si vous avez oublié, 75 des recettes fournies par Moulinex peuvent être prêtes en 11 minutes !

On regrette simplement que le temps estimé par le programme de recette n’inclue pas le préchauffage, qui peut prendre quelques minutes. Si vous cuisinez un aliment sensible, attention de prendre ce facteur en compte !

En ce qui concerne l’entretien, on salue l’effort mis en oeuvre par Moulinex pour simplifier la tâche. La cuve en céramique n’accroche pas – et l’optimisation de la cuisson évite tous les désagréments habituels de ce point de vue. Il paraît improbable que d’autres parties de l’appareil ne méritent un lavage après utilisation. La cuve passe au lave-vaisselle, mais il est encore plus rapide de la rincer et de mettre un coup d’éponge.

Goût des aliments

Nous avons pu constater que tous les aliments sont bien cuits. Les recettes indiquent la quantité de sel, de poivre et d’épices – et cet appareil a très bon goût de ce point de vue. En plus, les quantités peuvent être converties dans différentes unités de mesure, pour un calcul plus précis.

Le maintien au chaud automatique est idéal : tous les aliments sortent du multicuiseur à environ 45 degrés. Assez chaud pour garder toute leur saveur, assez froid pour interrompre la cuisson.

On privilégie cependant les plats qui gagnent en saveur avec un temps de cuisson lent, comme les ragoûts, si on veut le laisser reposer pendant toute une journée.

Ce qu'on aime
  • 100 recettes bien conçues
  • Temps de cuisson record
  • Intuitif et facile à utiliser
  • Programmation intelligente
  • Fonction de maintien au chaud automatique
Ce qu'on regrette
  • Un peu encombrant (37x37x37cm)
  • Temps de préchauffage non inclus au temps de cuisson estimé

Moulinex MK705111 : Le Multicuiseur Moulinex le moins cher

Pour la moitié du prix du Cookeo, le multicuiseur MK705111 fait bien son travail. Vaut-il le coût ? Qu’est-ce qui a été sacrifié dans cette différence de prix ? C’est ce que nous allons voir.

Caractéristiques générales

meilleur-multicuiseur-2Ce multicuiseur est un modèle un peu plus petit. Avec 5 litres de contenance seulement, on peut servir environ 4 portions.

Il n’inclut pas un exécuteur de recettes automatique, comme le Cookeo. Au lieu de 100 recettes, on a malgré tout 12 programmes. Parmi ceux-ci, on retrouve les céréales, le risotto, la cuisson vapeur, le wok, les plats mijotés, les pots pour bébé, les desserts et produits de boulangerie, le yaourt et une fonction pour réchauffer et maintenir au chaud.

C’est donc un assistant de cuisson intelligent, qui adapte automatiquement le temps de cuisson et la température au type d’aliment et au nombre de portions choisis.

Sa puissance un peu plus réduite que le Cookeo, de 750W, n’assure pas la même rapidité de cuisson, mais la plupart des programmes sont assurés en moins de 20 minutes.

Design

Retour dans le temps avec cet aspect un peu rétro, rouge bordeaux et blanc. Sa forme ovale un peu rectangulaire vous permettra de le glisser dans toutes les cuisines.

Au lieu d’un écran LCD, Moulinex a misé sur plusieurs boutons intuitifs. Il remporte le pari de permettre une programmation personnalisée avec seulement sept boutons. L’appareil est livré avec un manuel en français pour assurer une bonne prise en main.

Commodité d’emploi et entretien

Le multicuiseur MK705111 est livré avec plusieurs accessoires. Outre la cuve en céramique de 5L, on retrouve un verre à mesurer standardisé et un set de deux cuillères thermorésistantes. Il est aussi muni d’une poignée pour un transport plus facile, notamment pour nettoyer derrière et autour de l’appareil.

Malgré l’absence d’un écran LCD, on navigue entre les options avec une facilité surprenante. Départ différé ? Il suffit de cliquer sur le bouton et de programmer le temps d’attente – avec une limite de 24h. Température ? Elle est personnalisable à partir du menu principal entre 42 et 160 degrés. Les choix de l’utilisateur outrepassent ceux de la machine si vous avez des préférences pour certains aliments.

On met les ingrédients, la quantité d’eau indiquée, et le multicuiseur s’occupe du reste. S’il est moins indépendant que la gamme Cookeo, il suffit d’un peu d’organisation pour rajouter les ingrédients au fur et à mesure.

On peut soit s’en servir pour cuisiner un seul ingrédient – comme du riz par exemple, ou le risotto – soit pour élaborer tout un plat dans la même cuve.

Il est clair que les multicuiseurs de la gamme Cookeo et MK ne sont pas de la même trempe. Moins indépendant, il est plus délicat de programmer la cuisson de tout un plat en différé, surtout en l’absence d’un gestionnaire de recettes.

Une fois terminé, l’entretien ne saurait être plus facile ! On admire encore une fois Moulinex, qui conçoit toujours très bien ses électroménagers à cette fin.

Goût des aliments

Nous avons passé en revue le MK705111 en regardant deux plats : un risotto, très difficile à cuire en temps normal, et un ragoût d’agneau.

Le risotto est un plat délicat, et nous avons expérimenté ce programme pour mettre ce multicuiseur à l’épreuve. Mais grâce au récolteur de condensation qui précipite l’eau vers le bas et une bonne gestion de la température, il était très correct. Ça ne vaut pas une bonne dose d’amour et 20 minutes planté devant sa poêle à remuer, mais c’est cuit, techniquement, à la perfection.

En ce qui concerne le ragoût, on a regretté la difficulté et la planification que ça demande en amont. Après le test du Cookeo, ces étapes nous paraissent superflues et, d’une certaine manière, on se retrouve à utiliser le multicuiseur comme si c’était une simple marmite sur un feu.

Son principal avantage est d’élaborer des préparations d’ordinaire fastidieuses, et qui demandent beaucoup d’attention. Avec le Moulinex, pas de prise de tête. On programme, on lance et il s’arrête tout seul. Ça demeure le principal attrait de cet appareil.

Ce qu'on aime
  • Le prix
  • La prise en main intuitive
  • La cuve amovible facile à laver
  • La cuisson en différé
Ce qu'on regrette
  • Moins d’options de programmation que le Cookeo

Redmond RMC-M4502FR : Le multicuiseur qualité professionnelle, à petit prix

Redmond n’est pas la marque d’électroménager la plus courante de ce côté-ci de la Manche. Et c’est dommage ! Il y a une vie après Moulinex : les britanniques savent y faire en matière d’appareils de cuisine. Voyons un peu ce que ce modèle surprenant a à offrir.

Caractéristiques générales

meilleur-multicuiseur-3Ce multicuiseur surprenant peut servir jusqu’à 4 portions grâce à ses 5 litres de contenance.

On a accès à 34 programmes au total : 16 automatiques et 18 manuels. Les programmes automatiques couvrent à peu près tout type de nourriture imaginable grâce à différentes méthodes de cuisson. On peut s’en servir comme friteuse, cuiseur vapeur, casserole, four… Il est un des plus polyvalents de notre comparatif.

La liste est longue ! En effet, même pour l’option « soupe », vous pouvez choisir le type que vous préférez – plus ou moins velouté. Le manuel livré avec l’appareil décrit toutes les possibilités offertes par ce multicuiseur.

S’il n’utilise que 860 Watts, c’est qu’il est classé A++ en consommation et optimisation d’énergie. Vous avez la garantie qu’il ne vous coutera pas trop cher en électricité tout au long de l’année.

Design

Avec son apparence professionnelle, et son design intéressant, il est difficile de le rater ! Noir et or antique, avec de fines gravures en arabesque autour du menu central, il sera sans conteste l’appareil le plus tendance de votre cuisine. On aime particulièrement l’effet brossé du métal alterné avec le revêtement noir brillant.

Sur le devant, on retrouve seulement neuf boutons qui donnent accès à l’essentiel des options de l’appareil. Temps de cuisson, réglage du temps, réchauffage, sélection de l’ingrédient, programmation du départ différé… L’essentiel y est, de manière très accessible, claire et flexible.

Commodité d’emploi et entretien

Contrairement au Cookeo, les recettes ne sont pas dans l’appareil mais dans un petit livre (en français un poil imparfait). 100 programmes et explications étapes par étapes pour cuisiner avec le Redmond. On y découvre toutes les possibilités de l’appareil, même si la prise en main est loin d’être la plus facile.

La réchauffe 3D, derrière son nom étrange, signifie qu’il y a quatre sources de chaleur sur l’appareil pour un réchauffage équilibré et bien réparti. On peut aussi s’en servir pour pasteuriser des produits, comme des pots pour bébé ou des confitures.

L’ensemble est très clair. L’idée d’un livre à cheval entre la recette et le mode d’emploi est une bonne alternative à la technologie Cookeo. Le principal avantage, c’est qu’on ne perd rien de l’aisance d’utilisation de ce-dernier pour un prix divisé par deux.

Sur le site Redmond, vous pouvez accéder à bien plus de recettes, notamment celles partagées par d’autres utilisateurs. Ce type de service périphérique est le bienvenu, et permet d’agrémenter encore l’utilisation de l’appareil.

Il existe aussi une companion app (une application mobile) qui permet d’accéder aux mêmes services, y compris un mode d’emploi dynamique de l’appareil, une FAQ…

On regrette simplement que certains programmes soient calibrés de manière un peu approximative. La fonction mijotage par exemple mérite bien cinq minutes supplémentaires; mais comme pour tout en cuisine, il suffit de goûter et d’ajuster.

En ce qui concerne l’entretien, la cuve en téfal amovible est très facile à nettoyer. On regrette l’absence de poignées qui rend son extraction un peu compliquée : Redmond prévoit une pince à cet effet, mais on l’a trouvée un peu difficile à utiliser.

Goût des aliments

Cet autocuiseur est très correct. Nous l’avons utilisé pour tester un velouté. La cuisson des légumes est conçue pour une découpe bien plus petite qu’on peut avoir l’habitude de faire. En conséquence, il a fallu relancer un cycle pour vraiment terminer la cuisson des courges.

En dehors de ce désagrément, il semblerait que la plupart des programmes soient bien calibrés. Nous n’avons pas testé la fonction friteuse, mais le wattage de l’appareil nous paraît limite pour porter l’huile à une température idéale.

Ce qu'on aime
  • Le prix
  • La fonction friteuse/yaourtière
  • Les nombreuses options
  • Le design
Ce qu'on regrette
  • La prise en main un peu compliquée
  • La traduction du manuel approximative

Russel Hobbs 21850-56 – Le meilleur multicuiseur pour moins de 80€

Russel Hobbs est une marque réputée au Royaume-Uni. Leur première gamme de multicuiseur s’inspire des cuiseurs de riz qui existent depuis déjà un moment au Royaume-Uni. Il a été adapté, augmenté et amélioré pour garnir les tables occidentales, et présente de nombreux avantages.

Caractéristiques générales

meilleur-multicuiseur-4Ce multicuiseur de 5L peut servir quatre portions. Il propose 11 programmes que l’on peut personnaliser et perfectionner selon les goûts – un avantage par rapport au Redmond. Si c’est relativement peu, il faut savoir que ces programmes sont relativement polyvalents. Ainsi la fonction vapeur peut servir autant à faire des soupes que de braiser des viandes, grâce à une série de sous-programmes intelligemment placés.

On peut également s’en servir pour cuire des pâtes à pain et des gâteaux. De manière générale, son utilisation est cependant un peu plus limitée que sur la Redmond ou la Cookeo de Moulinex. Il propose bien entendu le départ différé et la programmation des différentes cuissons, et pourra donc se rendre indispensable !

De 900 Watts, il offre une puissance suffisante sans trop consommer d’électricité. Parce qu’il fonctionne principalement pour la cuisson à la pression et ne s’aventure pas dans le monde de la friture, il sera globalement assez puissant pour cuisiner rapidement. La Cookeo est cependant la seule à être vraiment imbattable en matière de temps de cuisson.

Design

Russel Hobbs aime le minimalisme et la classe à la britannique. Et ça se ressent avec beaucoup de leurs produits ! Ce multicuiseur n’est pas en reste. Chrome et noir, en aluminium brossé, il se glisse parfaitement dans votre cuisine grâce à sa forme un peu rectangulaire intelligente et bien optimisée.

Le tableau de bord est ultra-minimaliste, et utilise des petits dessins. En dessous du tableau de bord, on retrouve trois fonctions principales : cuisson lente, cuisson rapide et réchauffage.

A gauche se trouvent les fonctions de programmation (heures et minutes) avec une limite de 24h. Et on retrouve bien sûr la poignée à l’arrière pour le déplacer facilement !

Commodité d’emploi et entretien

On a été un peu déçu par la facilité d’emploi de ce multicuiseur, après avoir goûté à l’aisance Moulinex. Ce Russel Hobbs s’en sort bien mais il est problématique sur plusieurs points. Par exemple, le temps prédéterminé pour les cuissons peut être ajusté, mais on ne peut qu’augmenter la durée, pas la diminuer. Résultat : les cuissons subtiles doivent être surveillées de près – ce qui mine un peu le principe d’un multicuiseur automatique.

En dehors de ça, la navigation des différents programmes est assez intuitive. Et heureusement : le manuel n’est pas très explicite.

En ce qui concerne l’entretien, on regrette l’absence de poignées pour retirer la cuve, ce qui rend le processus un peu compliqué. Il faut forcément se servir de maniques !

Quelques points qui auraient pu être améliorés, donc.

Goût des aliments

On s’en est servi pour deux des fonctions principales de ce multicuiseur, mises en avant par le fabricant. La première, c’est les gâteaux : il suffit de verser la pâte dans le cuiseur et de sélectionner la fonction adéquate.

On a fait un gâteau à l’orange type éponge (180 degrés, tout simple). Un des principaux avantages de ce multicuiseur, c’est que de par sa petite taille, le temps de préchauffage est quasi inexistant. Il utilise moins d’énergie qu’un four car la température est concentré sur un tout petit volume.

En une quinzaine de minutes, c’était bon ! Le gâteau était cuit à coeur et bien moelleux.

La seconde, c’est les sautés. Il est assez rare que les multicuiseurs proposent – et réussissent – cette technique de cuisine qui n’est pas des plus faciles. Nous avons donc mis dans le multicuiseur deux côtelettes d’agneau et des oignons. La gestion de la température était idéale, même si on aurait aimé avoir une ou deux minutes de plus pour la viande. Les oignons étaient légèrement frits, parfaitement dorés. Bon point !

De par les expériences d’utilisateur, on sait que la fonction riz n’est pas la meilleure, et que la fonction « viande » est – paradoxalement – la plus polyvalente.

Ce qu'on aime
  • Le prix
  • Le design
  • Le menu simplissime
Ce qu'on regrette
  • Peu de recettes dans le manuel (une vingtaine)
  • Certaines options, comme le riz, mal calibrées

Comment choisir le meilleur multicuiseur ? – Guide d’achat

On ne veut pas seulement vous donner la liste de ce que nous avons considéré comme le meilleur produit. Notre mission, c’est aussi de vous donner les critères qui vont vous guider dans votre choix personnel !

Les caractéristiques techniques importantes

La première caractéristique à vérifier, c’est le Wattage. Si la puissance n’est pas suffisante, il est probable que le temps de cuisson soit égal, voire supérieur, au temps que votre plat devrait passer sur vos plaques électriques ou dans votre four. Et c’est un problème ! En dessous de 900 Watts, il faut faire confiance au vendeur et aux expériences client. S’il doit offrir une fonction friteuse, il faut au moins 1100 Watts pour être assuré d’un résultat optimal.

La seconde, c’est la contenance du bol. Il faut savoir que les fabricants considèrent – à la hâte – qu’un litre de volume équivaut à une portion. C’est bien sûr réducteur ! Les légumes prennent plus de place crus que cuits, surtout pour les soupes. Dans un cuiseur de 5 litres, vous pourrez mettre environ un kilo de brocolis par exemple, ce qui couvre environ 4 portions. Pour les gros mangeurs ou les familles d’ados en pleine croissance, prudence ! Le multicuiseur se targue de cuisiner l’entièreté de votre plat, il faut donc bien prévoir les volumes.

Il faut aussi savoir que le volume du contenant va déterminer le temps de cuisson. Pour un couple, un volume de 3 litres est suffisant. Pour une famille de 4 ou 5, on conseille un volume de 6 litres pour plus de confort.

Le dernier point enfin, c’est le revêtement du bol. Il y a peu ou prou deux scenarios. Il peut être en téfal (un téflon antiadhésif très répandu) ou en céramique. On conseille bien sûr la céramique pour la qualité de la cuisson et l’absence de tout méfait pour la santé. En plus, c’est une matière moins fragile que le téfal, qu’il faut changer une fois tous les deux ans environ. La facture, elle, est cependant un peu plus élevée pour les bols en céramique.

Comment savoir si un multicuiseur est facile à utiliser ?

Les Cookeos sont les champions en matière d’aisance d’utilisation, grâce à leur interface graphique complète et intuitive. Sinon, il faut s’assurer que le manuel est complet et qu’il n’y a pas trop de boutons sur la face avant de l’appareil. Un multicuiseur doit se mettre en route en un tournemain ! Sinon, c’est plus de soucis qu’autre chose…

En matière d’ergonomie, quelques points ont émergé lors de nos tests. Le premier, c’est la présence de poignées savamment placées pour soulever la cuve. Aussi extraordinaire que ça puisse paraître, ce n’est pas le cas de tous les modèles. Or tant pour l’entretien que pour la cuisine, retirer facilement la cuve principale va être un geste quotidien qui se doit d’être facile.

On note aussi la poignée à l’arrière, qui permet de déplacer plus facilement cet appareil volumineux. D’autant que la paroi externe peut parfois chauffer sur certains modèles, et qu’il ne vaut mieux pas l’attraper à pleines mains !

Quelles sont les options et fonctionnalités importantes ?

Vous pouvez consulter la liste des options sur la fiche du produit que vous consultez. Voici celles qui sont le plus fréquemment utilisées par l’utilisateur.

Il est primordial qu’il y ait de vastes options de programmation. Il faut pouvoir lancer une cuisson en différé, ou programmer un mode maintien au chaud automatique en fin de cuisson. Ces caractéristiques, si elles sont présentes dans l’appareil, seront mises en avant par le fabricant.

Parmi les modes de cuisson les plus utilisés, notons que la plupart (mais pas tous) sont équipés de :

  • La fonction cuisson lente (pour des plats complexes qui peuvent développer de la saveur avec le temps, comme les couscous ou les ragoûts)
  • La fonction pression. Elle est particulièrement utile pour une cuisson ultra-rapide de certains légumes à cuisson lente, comme les pommes de terre. Economie d’énergie à la clé !
  • La fonction vapeur. Pour cela il faut que votre multicuiseur soit équipé d’un panier vapeur adapté à la taille de la cuve.

D’autres proposent de faire des sautés (comme le Russel Hobbs) ou des fritures (comme le Redmond), mais ces trois modes ci-dessus sont les plus répandus.

Pour les familles avec des enfants en bas-âges, les fonctions chauffe-biberon, stérilisation et pasteurisation sont toujours appréciables !

Quels sont les avantages nutritionnels d’un multicuiseur ?

Recommandés dans plusieurs livres de recette minceur et santé, les multicuiseurs sont en effet très pratiques. Leur premier intérêt est évident : nous n’avons pas tous le temps de cuisiner des plats de qualité dans une vie à 100 à l’heure où la gastronomie est un luxe.

Et il est toujours plus rapide de décongeler des plats cuisinés que de couper et cuisiner des légumes pendant un temps moyen de 30 à 40 minutes. Avec le multicuiseur, une routine plus saine est à portée de main.

L’autre phénomène, c’est la possibilité de laisser les aliments à cuisson lente pendant plus longtemps, sans avoir à les surveiller. Plusieurs recherches ont prouvé que pour pouvoir cuisiner moins longtemps, on a tendance à cuisiner ses légumes trop fort, ce qui brise les minéraux et vitamines qui leur donnent tout leur intérêt nutritionnel.

Le multicuiseur donne donc à tout le monde le luxe de bien manger, quel que soit le temps qu’il a !