Top 4 Meilleur Robot Aspirateur en 2018 – Avis & Comparatif

Dernière mise à jour le 21 janvier 2018

Ils ont beaucoup été décriés comme des gadgets inutiles au début des années 2010, mais depuis il y a eu du changement. Du coup, on a tous une bonne raison de vouloir se procurer le meilleur aspirateur robot. Que ce soit parce qu’on s’intéresse aux nouvelles technologies, parce que le ménage est une corvée, ou que des années de nettoyage ont justement bien usé un dos qui n’avait rien demandé, l’aspirateur robot est de nos jours une réponse universelle.

Les débuts ont été assez incertains, et pour cause : la technologie qui les compose a du s’adapter aux besoins et aux exigences des consommateurs. Mais avec les progrès fulgurants dans les domaines des batteries, de la cartographie, du fameux IoT (Internet of Things), de la connectivité… avoir un très bon robot aspirateur n’est plus une mission impossible. Il faut malgré tout garder à l’esprit quelques éléments, histoire de ne pas être déçu. D’abord, il n’existe pas – encore – d’aspirateur robot aussi bon qu’un vrai aspirateur en matière de puissance. Ensuite, le marché d’entrée de gamme est fortement contaminé par des modèles plus que médiocres qui décrédibilisent les efforts déployés par de nombreuses grandes marques.

C’est pourquoi Best Comparatif a décidé de travailler sur ce comparatif. D’abord, pour répondre à la question : Quel est le meilleur robot aspirateur. Ensuite, pour s’intéresser de plus près à cette prouesse de technologie qui traverse de nombreux changements. L’idée ? Sélectionner des modèles « future-proof », comme on dit dans le milieu. C’est à dire déjà doté de performances qui le protègent de l’obsolescence pour les années à venir.

Sommaire:


iRobot Roomba 680 – Le meilleur robot aspirateur en rapport qualité-prix

Si vous vous intéressez de près ou de loin au marché des robots aspirateurs, vous n’avez pas pu rater ce nom là. Roomba ne se contente pas de produire d’excellents aspirateurs : il est à la pointe des technologies qui les composent, et comme nous allons le voir, ce n’est pas peu dire. Le Roomba 680 s’est imposé sur le marché comme un modèle raisonnable. C’est à dire que par rapport à certains de ses concurrents, son prix ne frôle pas l’indécence. Et pourtant, il est bourré de qualités qui font parfois défaut aux modèles les plus coûteux.

Design

meilleur-robot-aspirateurLe design n’est pas à éluder quand on parle d’un aspirateur robot. Il y a de grandes chances que vous le voyiez se promener dans votre appartement assez souvent, et c’est loin d’être anodin. Et ça tombe bien : il est plutôt joli, celui-ci. Noir et gris, avec une interface minimaliste, il inspire à la fois la confiance, la solidité et la simplicité d’utilisation.

Sur le dessus de l’appareil, on trouve une poignée amovible pour le soulever, trois modes de déplacement, quelques commandes de programmation, et un beau bouton « Clean » d’alimentation. Il ne dispose pas d’écran, contrairement à certains modèles comme le Botvac, mais ce n’est pas grave. Il ne faut pas se laisser distraire par ce type de fioritures qui ont de grandes chances d’impacter le prix et l’autonomie de l’appareil.

De manière générale, ce n’est pas le plus compact. son épaisseur de 9,3cm impacte sa capacité à passer sous tous les meubles et tous les obstacles : c’est malheureusement un mauvais point pour le Roomba 680.

Facilité d’entretien

Au-dessus de toutes ces commandes, un petit bouton permet d’ouvrir le caisson central et d’accéder aux différentes pièces. Le réservoir de poussières, les brosses et les roues sont facilement accessibles pour un entretien rapide. Il faut noter que le filtre AeroVac, spécifique aux aspirateurs robot, doit être changé tous les six mois environ.

Dans l’ensemble, les produits Roomba sont plutôt faciles à entretenir. D’autant que là où certains concurrents ont un peu forcé sur les pièces propriétaires – c’est-à-dire remplaçables uniquement auprès de la marque – ce modèle posera très peu de problèmes.

Intelligence de la navigation

C’est un point primordial quand on parle d’aspirateurs robot. Les Roomba de cette gamme-là ont trois modes de déplacement successifs. Contrairement à certains modèles qui sont parfaitement aléatoires – et qui vont se promener jusqu’à épuisement de la batterie – il embarque un petit ordinateur qui planifie un peu les tâches.

Dans un premier temps, il va longer les coins et cartographier la pièce. Puis il se déplace par cercles concentriques depuis un point qu’il aura déterminé comme étant le centre. Enfin, il dessine plusieurs bandes parallèles pour couvrir l’essentiel de l’espace.

Il est doté de plusieurs capteurs. Le premier, c’est le détecteur de poussière. S’il constate qu’un sol est toujours sale après être passé, il va tourner en rond pendant un certain temps pour bien nettoyer en profondeur. Le second, c’est un détecteur de vide. C’est une option importante si vous avez un escalier. Les premières générations d’aspirateurs robot commettaient en effet régulièrement des suicides en se jetant du haut des marches, et les chutes pouvaient parfois gravement endommager l’appareil. Enfin, il est possible d’établir une « barrière » virtuelle grâce à deux petites balises livrées avec le produit. Si vous voulez délimiter un espace où il ne faut pas que l’aspirateur fasse son travail, comme le coin nourriture de vos animaux, ou un puzzle en cours, on peut ainsi lui signifier que ses services ne sont pas requis dans cet endroit-là.

Le Roomba 680 dispose également d’un détecteur d’obstacles. Il peut néanmoins lui arriver de heurter un objet ou de mal évaluer les distances, mais personne n’est parfait. iRobot vante notamment son système « anti-noeud », un algorithme comportemental qui aide l’appareil à se dégager des fils électriques par exemples. Dans les faits, même les meilleurs robots aspirateurs ont des difficultés à appréhender et à gérer ce type de situations, qui peuvent lui faire perdre un temps précieux.

Programmation et connectivité

Le Roomba 680 est programmable. Cependant, dans cette gamme de prix, il n’est pas possible de le coupler à un smartphone pour le contrôler à distance. La connectivité WiFi ou Bluetooth n’apparaît qu’au-delà de 500 ou 600€ et n’est vraiment pertinente que sur les modèles les plus intelligents de grandes marques.

En l’occurrence, il faut donc se contenter d’un système de programmation assez minimaliste, mais efficace. Tout se fait depuis l’interface sur la partie supérieure de l’aspirateur. En cliquant sur le petit bouton « calendrier », on peut le programmer pour nettoyer régulièrement, avec une limite de 7 fois par jour.

Qualité du nettoyage

meilleur-robot-aspirateur-1Si nous avons déterminé que le Roomba 680 est un le meilleur choix qualité-prix du moment, c’est parce qu’il a un avantage redoutable. Sa puissance d’aspiration est beaucoup plus satisfaisante que certains modèles plus coûteux.

Malgré un wattage assez faible – nécessaire pour les appareils à batterie – il offre une qualité d’aspiration assez correcte. Dans la plupart des tests en laboratoire, il ramasse plus de 85% des débris lourds (miettes, etc…) et 95% de la poussière fine.

C’est notamment grâce à la présence de deux brosses en silicone, efficaces même pour ramasser les poils d’animaux, et de deux pales latérales. Ces pales, qui manquent à d’autres aspirateurs robots, permettent de combler l’espace d’aspiration des coins. En effet, le Roomba est rond, comme la plupart des robots aspirateurs. Ces petites pales permettent de rabattre la poussière dans les angles jusqu’à l’aspirateur lui-même.

Il faut noter que les aspirateurs robots antérieurs à 2017 et vendus à moins de 500€ seront généralement plus efficaces sur sols durs, avec des résultats plutôt mitigés sur les tapis et les moquettes.

De manière générale, si le Roomba 680 s’en sort si bien, c’est qu’il évolue plus lentement qu’un aspirateur classique. De fait, il a davantage le temps de récolter toutes les poussières. Le principal inconvénient, en revanche, est qu’il est à peu près aussi bruyant qu’un aspirateur normal, soit autour de 65dB. Nous recommandons un usage en votre absence, via l’interface de programmation !

Autonomie

Le Roomba 680 n’a qu’une heure d’autonomie, mais ce n’est pas un problème du tout. Grâce à sa plateforme de charge, il est capable de s’occuper tout seul de sa batterie, et de reprendre ses tâches là où il les avait laissées si elle faiblit trop.

Conclusion

Le Roomba 680 offre un rapport qualité-prix exceptionnel : moins cher que d’autres concurrents, il offre les caractéristiques que l’on attend d’un tel produit. Il est fiable, malin, et apporte une vraie valeur ajoutée à votre routine ménage.

  • Prix correct
  • Navigation intelligente
  • Bon équipement de capteurs
  • Recharge autonome
  • Programmable

  • Pas de connectivité WiFi ou Bluetooth
  • Trop épais (9cm) pour passer sous tous les meubles
  • Un peu bruyant (65dB)


iLife A4s – Un aspirateur robot pas cher qui vaut le détour

Vous connaissez iLife ? C’est pourtant une des marques les plus reconnues dans le monde des robots aspirateurs. Et le A4s, avec son prix inférieur à 200€, est aujourd’hui encore un des grands favoris en Europe. A ce prix-là, on aurait tendance à se méfier. Mais si ce n’est de fait pas le modèle le plus complet et le plus innovant du monde des aspirateurs robot, il remplit son cahier des charges de manière très satisfaisante.

Design

meilleur-robot-aspirateur-2On découvre un design plus élégant que celui du Roomba 680, qui brillait pourtant par sa sobriété et son élégance. L’iLife A4s est revêtu de métal effet brossé du meilleur effet. Et partce que l’essentiel des contrôles se fait depuis la télécommande, l’interface est minimale.

Sur le dessus, on ne retrouve qu’une poignée, et un bouton d’alimentation. Encore une fois, les modèles aussi économiques ne disposeront pas d’un écran, mais ce n’est vraiment pas un problème.

Le iLife A4s est plus compact que le Roomba : épais de 7cm seulement, il est plus à même de se glisser partout !

Facilité d’entretien

Comme pour le Roomba 680, l’entretien est très facile. Comme il est plus compact que ce-dernier, le réservoir doit être vidé plus régulièrement – environ après chaque cycle de nettoyage. Cela permet de prolonger la durée de vie de l’appareil. Le filtre inclus est un HEPA. Il s’agit d’une norme dans ce domaine. Les filtres HEPA sont hypoallergéniques grâce à un maillage extrêmement étroit, capable de retenir poussières, acariens et pollens, même les plus fins. Ils ne sont pas les moins chers, mais il suffit de le changer une fois par an environ.

Intelligence de la navigation

On le note dès qu’on regarde le iLife A4s de plus près : tout autour de la coque, sur un angle de 180 degrés, on retrouve une longue bande de capteurs infrarouges. C’est comme ça que l’aspirateur va se repérer dans la pièce et cartographier l’espace.

Comme le Roomba 680, il va utiliser trois modes de déplacement. D’abord, il circule autour des coins, puis circule selon des schémas circulaires, et couvre enfin l’essentiel de l’espace par bandes parallèles.

Il dispose du même capteur de vide, mais il faut noter qu’il n’est pas équipé d’un capteur de poussière comme le Roomba. On déplore également l’absence de barrières virtuelles : avant de lâcher l’iLife, assurez-vous que votre maison est bien « robot-proof » !

Programmation et connectivité

Encore une fois, c’est à un prix plus élevé – ou dans un ou deux ans – que l’on pourra trouver des robots aspirateurs équipés d’une connectivité complète.

En attendant, et par soucis de design, iLife a transféré l’essentiel des boutons du dessus de l’appareil à une télécommande. De là, on peut programmer l’appareil pour se déclencher à une certaine fréquence ou à une heure précise, régulièrement ou ponctuellement.

Qualité du nettoyage

meilleur-robot-aspirateur-2Le faible coût et l’autonomie impressionnante du iLife – nous en parlerons plus tard – s’explique en partie par une puissance d’aspiration assez réduite. Grâce à une brosse rotative qui dirige la poussière vers le moteur d’aspiration, une forte puissance n’est cependant pas vraiment nécessaire.

De plus, il est équipé du même système de pales souples que le Roomba, afin de bien nettoyer dans les coins. Comme pour beaucoup d’aspirateurs robots, nous conseillons cependant de nettoyer régulièrement les tapis et moquettes, avec lesquels ces petits appareils ont davantage de difficultés. En revanche, sur des sols durs comme des carrelages et parquets, le iLife A4s parvient à ramasser jusqu’à 90% des poussières.

Il est également beaucoup moins bruyant que beaucoup de ses concurrents, avec un niveau sonore enregistré à 40dB environ : c’est 20 de moins que le Roomba 680 !

Autonomie

Le iLife A4s affiche une autonomie impressionnante qui peut atteindre 1h50. Lorsque la batterie est trop faible, il cherche sa plateforme de recharge, que vous pouvez laisser au niveau du sol. Il est entièrement autonome de ce point de vue, et se débrouille tout seul !

Conclusion

Le iLife brille par sa compacité et l’intelligence de son design. Il n’est pas aussi innovant que d’autres modèles plus coûteux, mais il s’agit d’un des appareils les plus complets et performants pour ce prix-là ! Les économies réalisées par la marque sur certains petits détails sont plutôt malins, et permettent de réduire considérablement le prix sans trop impacter le confort d’utilisation.

  • Prix très avantageux
  • Design minimaliste et élégant
  • Navigation infrarouge
  • Recharge autonome
  • Programmable via télécommande

  • Pas de connectivité WiFi ou Bluetooth
  • Pas de barrières virtuelles


Roomba 650 – Le grand-frère du 680 a encore beaucoup à offrir !

Sorti en 2014, le Roomba 650 est antérieur au 680. Déjà équipé du iAdapt – le logiciel de navigation qui continue d’être compétitif de nos jours dans cette tranche de prix – il continue d’offrir un rapport qualité-prix très avantageux. Regardons ça de plus près !

Design

meilleur-robot-aspirateur-3En beaucoup de points, le Roomba 650 est très semblable au 680. Et c’est le cas pour le design aussi. Celui-ci est noir, avec un discret cercle jaune autour des commandes principales. Livré avec le produit, on a un filtre de remplacement, un chargeur et la plateforme de recharge.

Le 650 partage le même défaut que le 680, à savoir que son épaisseur l’empêche de passer sous les meubles bas et dans certains recoins.

Facilité d’entretien

Comme la plupart des aspirateurs robot Roomba, l’entretien est minime. Il y a deux brosses que l’on peut nettoyer régulièrement : une est en nylon, l’autre faite de silicone. Il est facile de les retirer, et c’est tant mieux. Car pour la longévité de ce type d’appareil, on conseille de ne pas négliger cet aspect de l’entretien !

Le filtre n’est pas un HEPA, malheureusement, mais il est tout de même efficace. Comme c’est un format propriétaire, il faudra veiller à acheter un nouveau filtre compatible au moment de le changer.

Intelligence de la navigation

Le Roomba 650 ne tire pas le meilleur de la navigation via iAdapt, même si ce logiciel est toujours utilisé sur certains produits contemporains, et c’est dommage. En conséquence, le déplacement de ce robot est principalement aléatoire.

Ce n’est pas le plus efficace, mais ça correspond aux modèles dans ces tranches de prix et parus à cette époque. Le parti prix des fabricants a été de concevoir des robots qui repassent plusieurs fois au même endroit pour s’assurer que toute la surface a été couverte, plutôt que d’effectuer une planification en amont.

Il dispose cependant du capteur de poussière, comme le 680, qui permet de détecter les zones les plus sales et d’insister en priorité sur celles-ci.

En ce qui concerne la détection d’obstacles, ce modèle pose les mêmes problèmes que le Roomba 650. C’est-à-dire qu’il a tendance à les heurter avant de s’assurer de leur présence, et qu’il n’est pas le plus doué pour cartographier l’endroit. Comme il présente les mêmes limitations avec les câbles que ses concurrents, on conseille quand même un maximum de rangement au sol pour éviter les accidents.

Nous saluons malgré tout la présence des barrières virtuelles, qui permettent d’isoler une portion de la pièce !

Programmation et connectivité

Le Roomba 650 utilise le même système de programmation que le 680. Toutes les commandes se font via l’interface sur le dessus de l’appareil.

On peut donc programmer l’aspirateur robot pour qu’il se déclenche chaque jour de la semaine à divers horaires. Si cette fonctionnalité paraît basique, il faut garder à l’esprit que tous les robots ne proposent pas ce service; pourtant, l’essayer c’est l’adopter !

Qualité du nettoyage

meilleur-robot-aspirateur-3

A cause de son système de navigation plus aléatoire que d’autres modèles, il est difficile d’évaluer exactement l’efficacité du Roomba. En revanche, son niveau d’aspiration est très satisfaisant puisque les tests en laboratoire prouvent qu’il atteint 95 à 98 des particules, même plus épaisses.

C’est un excellent score, qui s’explique notamment par le fait que Roomba a été un des moteurs du marché en matière d’aspirateurs robot. On regrette cependant qu’il n’ait qu’une pale rotative, du côté droit. Il parvient néanmoins à bien passer dans les angles.

Nous le conseillons, comme toujours, pour des appartements avec des sols durs ou des moquettes fines où ce type d’appareils sera plus efficace.

En matière de niveau sonore, il affiche peu ou prou le même résultat que son petit frère, le Roomba 680 : environ 65dB. Comme il n’est pas des plus discrets, il vaut mieux le programmer lorsqu’on s’absente de la maison.

Autonomie

Son autonomie est légèrement inférieure à 1h, mais le logiciel de navigation lui permet d’évaluer la tâche à effectuer et de se recharger tout seul si besoin. Il suffit de bien dégager la borne de recharge, et il sait la retrouver tout seul.

Conclusion

Simplicité d’utilisation, design intéressant, résultats impressionnants en matière d’aspiration : le Roomba 650 n’est pas le modèle le plus complet en matière de fonctionnalités, mais il tient toutes ses promesses !

  • Bon rapport qualité-prix
  • Très simple d’utilisation
  • Entretien facile
  • Recharge autonome
  • Programmable

  • Pas de connectivité WiFi ou Bluetooth
  • Un peu bruyant


Eufy RoboVac 11 – Le robot aspirateur qui offre beaucoup de fonctionnalités pour un petit prix

La plupart des aspirateurs robot que nous avons présentés sont sortis il y a plusieurs années, et continuent de rivaliser en matière de rapport qualité-prix grâce à l’augmentation des prix de ce type d’appareils. Eh bien, ce n’est pas le cas du RoboVac 11 ! Lancé début 2017, il a pris le parti de garder le meilleur des modèles plus anciens et de proposer un nouveau produit compétitif à petit prix. Pari tenu ?

Design

meilleur-robot-aspirateur-4On ne peut pas vraiment être enthousiasmé par le design très classique du Eufy, mais il a l’avantage d’être pratique et de ne pas prendre beaucoup de place.

Comme beaucoup de robots aspirateurs, il est rond, avec un amortisseur à l’avant pour ne pas s’endommager lorsqu’il heurte un obstacle – ou abimer un meuble !

Le dessus de l’appareil ressemble grandement au iLife, avec un effet métal brossé laqué et brillant très agréable. Les boutons sont réduits au minimum puisque, on va le voir, il faut passer par la télécommande pour accéder à la plupart des commandes.

Facilité d’entretien

Vider son RoboVac 11 est on ne peut plus simple. Pour le vider, il suffit de le retourner et de tirer la manette prévue à cet effet pour détacher le réservoir de poussière. Et heureusement : son volume est inférieur à la plupart des autres modèles, un entretien quotidien est donc fortement recommandé.

En achetant le RoboVac 11, on a aussi deux pales de remplacement, mais elles durent généralement assez longtemps. Le rouleau principal est constitué de deux rangées, l’une en silicone et l’autre en poils de nylon. Cette-dernière finit généralement par récolter les cheveux longs, mais c’est très simple de la retirer pour la nettoyer, une action qu’il faut effectuer environ deux fois par mois.

Intelligence de la navigation

Il y a cinq modes de déplacement, que l’on peut programmer depuis la télécommande.

Le premier, « auto-cleaning », ordonne à l’aspirateur robot d’explorer la maison. En l’absence de capteurs caméra ou laser, ce déplacement est en revanche assez aléatoire. On le sait déjà, ce type de navigation n’est pas le plus efficace. Cela ne signifie pas que l’aspirateur ne va pas nettoyer l’intégralité de l’appartement, simplement qu’il risque de prendre plus de temps que nécessaire en repassant plusieurs fois au même endroit par erreur.

Il s’appuie donc essentiellement sur ses capteurs infrarouges, qui l’informent des obstacles immédiats qui se présentent à lui.

Programmation et connectivité

Comme l’essentiel des modèles d’entrée de gamme que nous avons sélectionné, on ne peut pas le coupler à un smartphone. La programmation via la télécommande fonctionne cependant très bien, à une exception près. On peut définir la fréquence du nettoyage, mais il est impossible de spécifier un horaire différent pour chaque jour de la semaine.

A part ça, la télécommande est assez complète, avec entre autres une option de navigation qui permet de prendre le contrôle de l’aspirateur robot. Utile ? Si on veut le commander depuis son canapé, un peu. Ludique ? C’est un très bon moyen de mettre ses enfants au ménage.

Qualité du nettoyage

La puissance d’aspiration est légèrement supérieure à celle du Roomba 650. Il nettoie très efficacement la plupart des sols, et il est également adapté aux moquettes et aux tapis, ce qui est très admirable pour un petit robot.

Cette performance tient à deux faits. D’abord, l’optimisation entre la batterie et l’aspiration est améliorée, du fait que c’est un modèle assez récent. Ensuite, il y a la longueur de la brosse et des pales latérales qui, du fait de la compacité de cet aspirateur robot, offre une meilleur couverture  du terrain.

En plus, son niveau sonore est vraiment réduit : seulement 30 à 35 décibels !

Autonomie

Le RoboVac tient environ 1h30. Ce qui est assez admirable, c’est que même paramétré à une puissance maximale – pour les tapis plus épais ou les moquettes – il tient au moins 1h15 !

Après utilisation, le RoboVac revient automatiquement sur sa base.

Conclusion

Investir dans un modèle plus vieux, pour le rapport qualité-prix, c’est un bon plan. Mais investir dans un modèle très récent qui reprend toutes les recettes des succès précédents, c’est carrément une bonne idée. Le RoboVac 11 prouve que certaines entreprises sont encore à l’écoute des clients. Son prix avantageux et l’optimisation de sa fonction de base (l’aspiration !) fait qu’on lui pardonne facilement les quelques lacunes qu’il présente en matière de fonctionnalités.

  • Design avantageux
  • Bonne puissance d’aspiration
  • Simple d’utilisation
  • Entretien facile
  • Assez silencieux

  • Pas de connectivité WiFi ou Bluetooth
  • Navigation trop aléatoire


Comment bien choisir son aspirateur robot ?

Vous vous en doutez : le monde des aspirateurs robot a bien changé depuis leur popularisation, en 2010-2011. Or il est important de bien savoir ce à quoi on peut s’attendre, en tant que consommateur, et pour quel budget. C’est pourquoi nous avons décidé de rédiger ce guide d’achat !

Aspirateur robot vs aspirateur classique

On ne vous le cache pas : en matière de puissance et d’efficacité pure, l’aspirateur classique a eu près d’un siècle pour évoluer. En plus, les aspirateurs robot fonctionnent via batterie, un domaine dans lequel il y a encore beaucoup de progrès à faire : la plupart des appareils branchés sur secteurs peuvent dégager davantage de puissance.

Leur atout majeur, c’est qu’ils sont autonome, bien entendu. Si on fait le bon choix au moment de l’achat, ils peuvent fournir un travail tout à fait correct, au point de ne pas nécessiter de repasser l’aspirateur chaque semaine.

L’autre avantage de l’aspirateur robot, c’est qu’il embarque pas mal de technologie et de fonctionnalités dont ne disposent pas les aspirateurs classiques; mais ça, nous y reviendrons plus tard !

Les différents sytèmes de navigation

Un système de navigation est un point central pour bien choisir son aspirateur robot. On serait tenté de se dire qu’un aspirateur qui fonctionne tout seul peut prendre le temps qu’il veut, et que le manque d’optimisation de son déplacement n’est pas un problème majeur.

En réalité, si : il y a des chances que votre appareil rate quelques coins si son déplacement est trop aléatoire. C’est pourquoi nous allons vous présenter les différents systèmes de navigation.

Le premier est aléatoire. C’est le cas de tous les modèles à moins de 400€, et donc de ceux que nous avons passés en revue. Cela signifie qu’ils n’ont pas un programme d’intelligence artificielle, et une cartographie limitée de l’espace. Celle-ci est en général restreinte à la détection d’obstacles directs, via un capteur infrarouge par exemple. Attention, ça ne veut pas dire qu’il comprend ce qu’il voit, encore moins qu’il le retiendra !

Le second, c’est la reconnaissance via caméra. Le modèle a fait son apparition en 2015-2016, mais on doute qu’il ait une vraie postérité. Il utilise deux caméras pour effectuer une représentation de la pièce en 3D à partir des images récoltées. Mais cette technologie est loin d’être parfaite !

Le dernier, et sans doute le meilleur, c’est la télémétrie laser. Elle est normalement utilisée par les professionnels du bâtiment, voire de l’armée. C’est aussi grâce à cette technologie – en partie – que Apple a développé la reconnaissance facile de l’Iphone X. En fait, une grille laser de taille régulière est projetée sur un environnement. En fonction de la distorsion des lignes, l’aspirateur robot déduit les reliefs du terrain. L’avantage, c’est qu’on peut se servir de ce système de navigation pour effectuer une cartographie efficace et fiable de la pièce. L’aspirateur robot peut alors naviguer avec beaucoup d’aisance dans un terrain qu’il reconnaît, voire planifier ses tâches en amont. L’inconvénient, c’est que l’option reste très coûteuse, et n’est pour le moment disponible que sur les modèles les plus récents.

Les options intéressantes

Toutes les caractéristiques révolutionnaires vantées par les vendeurs ne valent pas le détour. Nous avons défini quelques mentions qui peuvent justifier l’achat d’un modèle parmi un autre. Nous avons par ailleurs choisi la dénomination telle qu’elle va être mentionnée sur la fiche technique d’un produit.

Le RTH (Return to Home) est très fréquent sur les modèles d’aspirateurs. C’est ce dont nous avons parlé dans la partie autonomie de chacun des produits que nous avons présentés : ils retournent sur leur base de recharge lorsque leur batterie est trop basse.

Le DNE (Do Not Enter) aussi appelé barrières virtuelles en français. Nous avons déjà abordé la question : il s’agit d’interdire le passage à votre aspirateur grâce à un système de balises. On pourrait penser qu’une telle fonctionnalité est anecdotique. Au quotidien, c’est en réalité très utile, et nous recommandons de privilégier un modèle qui en dispose.

Les aspirateurs robot connectés

Aucun des aspirateurs que nous avons présentés dans ce comparatif n’offrent de connectivité avec un smartphone via WiFi ou Bluetooth. Et pour cause : la facture n’est pas la même !

L’avantage est cependant majeur. Depuis l’application, on peut non seulement accéder à une interface plus complète pour la programmation de son aspirateur robot. Mais il est également possible de lancer le nettoyage de son aspirateur à distance (depuis le travail, une ou deux heures avant de rentrer, par exemple…).

Certaines marques, comme Neato avec sa gamme BotVac par exemple, proposent également un système de notification pour avertir des besoins d’entretien, comme vider le bac ou changer un filtre. C’est sans doute un des aspects les plus importants de la connectivité des objets du quotidien, malheureusement éludé sur certains produits.