Les Meilleures Machines à Pain

Notre sélection d’un coup d’oeil 🏆

  1. La meilleure machine à pain toutes catégories: Panasonic Croustina
  2. La meilleure machine à pain pas chère: Princess 152007
  3. La meilleure machine à pain d’entrée de gamme: Tristar BM-45

Faire son propre pain, c’est une activité qui a de nouveau le vent en poupe. Mais ce n’est pas toujours évident quand on s’y met tout juste. Dosages, pétrissage, cuisson… Autant d’occasion de tout louper, et d’avoir perdu beaucoup de temps. Les meilleures machines à pain vous permettre de ne garder que l’aspect le plus agréable : la liberté, la créativité, et du bon pain à l’arrivée.

Alors comment être sûr que la machine à pain que l’on va choisir sera la plus efficace pour ne pas perdre de temps, ne pas se prendre la tête – et surtout, obtenir un résultat satisfaisant ? On vous explique tout et encore plus dans le guide d’achat.

A lire également:


Les meilleures machines à pain en 2020

machine-a-pain-panasonic-croustina-sd-zp2000

1. Panasonic Croustina – La meilleure machine à pain toutes catégories


  • Puissance de pétrin
  • Cuisson régulière
  • Revêtement céramique
  • Polyvalent
  • Qualité de construction
  • Un peu grande

Les fabricants de machine à pain mettent généralement en avant un avantage de taille. Vous mettez les ingrédients dans le bac, vous lancez la machine, et vous la laissez faire son travail. C’est sûr que c’est pratique, mais vous pouvez parfois avoir l’impression de ne pas avoir spécialement contribué au succès final – la seule alternative étant de passer 2h aux fourneaux pour une simple miche de pain. La Panasonic Croustina est un excellent compromis, puisqu’elle permet une très grande liberté d’utilisation, mais aussi des programmes parfaitement calibrés : vous avez donc le choix, selon votre humeur, d’être tout à fait en contrôle… ou de laisser la machine faire de A à Z.

Caractéristiques

Vous l’aurez compris, la Panasonic Croustina a pris le pari d’innover dans un marché qui semblait pourtant être arrivé à son pic. Et la première différence que l’on note, c’est son design. Tout est pensé pour proposer une croute épaisse et croustillante – là où de nombreux modèles fournissent un résultat généralement plus proche de celui du pain de mie. L’inspiration artisanale du processus se reflète donc dans certains choix qui peuvent paraître surprenant. Par exemple, les propriétés de réfléchissement de chaleur du capot, qui imite l’effet d’un four boulanger… au prix d’une fenêtre de contrôle de la cuisson.

L’autre différence se trouve dans certains choix de matériau. Les pales, comme la cuve, ont un revêtement céramique : les caractéristiques thermiques sont excellentes. Mais c’est aussi un avantage de taille en terme de durabilité. L’innovation que l’on a adorée ? La pale se rétracte après la fin du pétrissage.

Sur la plupart des machines à pain, les pales restent figées dans la pâte pendant la cuisson. Après avoir démoulé le pain, on se retrouve donc à devoir extraire la pale de la mie : ça laisse un trou assez disgracieux. Grâce à cette amélioration, la Croustina permet d’obtenir un pain régulier et beau sous tous les angles. Et quand on le tranche, la mie n’est donc pas abimée !

Ce sont ces points qui justifient le prix relativement élevé. Surtout si on compare les machines à pain uniquement sur le plan des fonctionnalités – on pourrait alors avoir l’impression que la Croustina est un peu en retard. Elle ne propose en effet ni réservoirs d’ingrédients, ni fenêtre de contrôle, et elle n’affiche que 18 programmes. Mais si c’est la qualité de construction et de cuisson qui vous intéresse, vous l’aurez compris, elle n’a pas vraiment de concurrence dans ce domaine.

Cette excellence a un prix en revanche, et il n’est pas seulement littéral. Elle est passablement plus grande que ses compétiteurs, et prendra davantage de place sur le plan de travail. C’est parce qu’elle a pris le pari d’un design très proche de celui d’un four. La cuve, ronde, entre dans un bac de cuisson rectangulaire : forcément, de prime abord, ça fait de l’espace perdu. Mais c’est ce design qui permet un résultat aussi croustillant et proche de celui d’un four boulanger. À vous de faire le calcul, donc.

En terme de programmes, sa grande force, c’est qu’elle est très simple à configurer. Si on veut s’aventurer au-delà des recettes pré-définies ou que l’on a envie de les modifier un peu, les commandes sont très intuitives et couvrent à peu près tous les éléments, du temps de pétrissage à l’intensité de la cuisson.

Cette machine à pain conviendra tout aussi bien pour des recettes sans gluten que des brioches, des gâteaux, des pâtes sablées ou des pâtes à pizza.

Verdict

Pour les puristes, la machine à pain Croustina a quelques petites lacunes : le distributeur d’ingrédients, par exemple. Mais si vous cherchez avant tout les fonctions les plus basiques, la fiabilité et l’excellence de la cuisson, la Croustina n’a pas – encore – de compétiteurs équivalents.

machine-a-pain-princess-152007

2. Princess 152007 – La machine à pain pas chère et compacte


  • Petit prix
  • 19 programmes
  • Départ différé
  • Compacte
  • Bruyante

Princess est une marque européenne d’électroménagers d’entrée de gamme. Loin de faire compétition à des géants comme Philips, Moulinex ou Russell Hobbs, les machines à pain Princess ont un avantage : un tout petit prix, et tout l’essentiel. Sans trop de compromis sur le résultat.

Caractéristiques

Le Princess est une des machines à pain les plus compactes de ce comparatif. On peut comparer ses performances à celles d’une Moulinex, en réduisant la plupart de ses caractéristiques de moitié – le prix aussi !

Et pour moins de 50€, selon vos besoins, ce n’est pas forcément un problème. Avec sa toute petite consommation électrique – moins de 600W – et son petit format sur le plan de travail, ça peut même représenter un avantage pour les couples et les petites familles. Certains modèles plus gros ne permettent pas toujours de moduler les quantités. Ou alors affirment que vous pouvez faire un pain de 500g – mais le calibrage de la cuisson ne sera pas aussi idéal qu’en utilisant la taille maximale.

La Princess est une machine à pain qui permet de pétrir et cuire des miches de 750g, ce qui correspond à la taille moyenne d’un pain de boulangerie. Pour vous donner un ordre d’idée, c’est l’équivalent de 3 baguettes françaises. Et c’est déjà pas mal.

Pour ce prix, Princess a surtout sacrifié les options. Et c’est pour cette raison que nous l’avons retenu : les machines à pain qui prétendent offrir autant de fonctionnalités qu’un modèle haut de gamme pour 4 à 6 fois moins cher, on se méfie. Mais une marque qui se concentre sur l’essentiel, c’est un atout.

La qualité de construction, notamment, est surprenante pour ce prix. Le corps est en inox – là où la plupart proposeraient du plastique – et l’ensemble est plutôt élégant. L’avantage d’une machine à pain aussi compacte, pour un poids léger, c’est la certitude que les pièces sont solidaires et qu’il n’y a pas un risque de dislocation progressif lors du pétrissage. Et celle-ci pèse en effet seulement 3 kg ! Pratique pour la ranger après utilisation, si vous voulez gagner de la place sur votre plan de travail.

On trouve aussi une vitre pour contrôler la cuisson, et s’assurer qu’un des trois niveaux de brunissage choisi est bien celui qui nous convient.

En terme de recettes, la machine à pain Princess se vante de proposer 19 programmes. En réalité, on s’en doute bien, un certain nombre de ces programmes sont redondants. Ce que l’on peut noter, c’est que la force du pétrissage sera suffisante pour les pâtes plus denses, notamment certaines sans gluten, et que la constance de cuisson est satisfaisante pour des recettes plus compliquées – comme les pains aux céréales, qui peuvent devenir amers si les graines extérieures brûlent trop.

Pour ce prix, nous ne sommes pas convaincus qu’elle soit correcte pour des compotes et des confitures. Les fabricants les mettent toujours en avant – en réalité, il vaut mieux miser sur un modèle beaucoup plus cher pour être sûr de bénéficier de la bonne constance de cuisson… et de la facilité du nettoyage.

Dans l’ensemble, elle est très facile à utiliser. On navigue dans les différents programmes, comme pour un four classique, avec la possibilité de programmer la cuisson jusqu’à 15h à l’avance. Idéal pour récupérer son pain chaud le matin ! Attention à un point cependant : le pétrin est assez bruyant. Si votre cuisine est attenante à une chambre à coucher, on préfèrera lancer le programme assez tôt pour dormir pendant la cuisson – silencieuse, elle.

Verdict

La Princess est une machine à pain tout à fait satisfaisante pour ce prix. Si vous n’aviez ni l’ambition d’explorer de nombreuses recettes farfelues – yaourts, confitures… – ni le besoin de faire des pains de 1.5kg, elle devrait vous convenir. C’est aussi un investissement beaucoup plus sûr si vous n’êtes pas entièrement convaincu par le concept des machines à pain, mais que vous avez envie d’essayer !

machine-a-pain-tristar-bm-4586

3. Tristar BM-45 – La meilleure machine à pain d’entrée de gamme


  • 19 programmes
  • Petit prix
  • 1kg de pain
  • Bonne cuisson
  • Trop légère pour le pétrin

Tristar est un leader de l’électroménager à petit prix. Et parmi leurs produits phares, on retrouve notamment les fours compacts qui font fureur pour les studios d’étudiants et les petits appartements. De quoi nous mettre sur la piste pour trouver la meilleure machine à pain : la cuisson est un des éléments les plus délicats. Et nous avons trouvé : la BM-45 est de loin la meilleure machine à pain à moins de 77€, malgré quelques limitations.

Caractéristiques

Comme la Princess, la Tristar a su faire ses économies intelligemment pour proposer une machine à pain 3 fois moins chère que la moyenne du marché. On regrette peut-être la construction, très plastique et blanche ; mais le design est globalement efficace. Pour l’affichage, on se contente d’un écran LCD qui indique les informations de programmation, la quantité de pain, les commandes de maintien au chaud et les différentes options. La navigation est intuitive, puisque ces commandes sont finalement très similaires à celles d’un four classique.

Seul manqué du design, la compacité. Nous avons noté qu’il y avait un jour important entre la cuve et le bord de cuisson, là où la plupart des modèles ne laissent pas dépasser un seul centimètre. Et pour cause, entre tous les électroménagers dont on veut doter sa cuisine, les places sont chères sur le plan de travail. C’est d’autant plus dommage que ce sera un peu difficile à nettoyer en cas de salissure. Pour cette raison on déconseillera, contrairement à ce que Tristar met en avant, de se servir de cette machine à pain pour faire des confitures ou des compotes.

Pour le pain en revanche, c’est royal. Avec une contenance adaptable allant jusqu’à 1kg, et de bons résultats de cuisson à tous les niveaux – 500 et 750g -, la Tristar est une machine à pain qui devrait convenir à tous les besoins.

Les pièces détachées pour les pales sont très faciles à trouver et peu chères – c’est un bon point de durabilité, mais aussi l’occasion de découvrir d’autres accessoires de pétrin pour varier les plaisirs.

Le pétrin est par ailleurs assez puissant pour les pâtes les plus denses. Et ça peut même être un problème : étant donné le tout petit poids de l’appareil – moins de 4kg – il peut avoir tendance à faire légèrement bouger la machine. Attention donc à ne pas la mettre au bord du plan de travail !

Son poids est un atout de taille en revanche, pour la ranger et la déplacer d’un seul geste. Cette machine à pain est tout aussi efficace pour les brioches que pour les pains sans gluten : on le sait, une brioche réussie, c’est tout dans le poignet, et ce n’est pas toujours évident à la main.

Verdict

La Tristar est une autre très bonne option d’entrée de gamme. Pour un prix un peu supérieur à la Princess, cette machine à pain offre davantage de souplesse d’utilisation et une bonne polyvalence. Si nous avons pu noter quelques petits défauts de design, elle est tout à fait satisfaisante pour les tâches les plus fondamentales : faire du bon pain sans effort.

machine-a-pain-rommelsbacher-ba-550 (1)

4. Rommelsbacher – La meilleure machine à pain pour le pain sans gluten


  • Facile à utiliser
  • Liberté de paramétrage
  • Compartiment à ingrédients
  • Cuisson impeccable
  • Qualité de construction
  • Extérieur a tendance à chauffer

Rommelsbacher est une marque d’électroménager allemande qui s’est spécialisé dans les – très – bonnes machines à pain. Et jeter un oeil de l’autre côté du Rhin, dans ce domaine, est une très bonne idée. En effet, les allemands n’ont pas la même tradition que les français en terme de boulangerie, et ils ont l’habitude de faire leur pain eux-mêmes. C’est une pâte généralement plus épaisse, à la cuisson plus difficile que le pain français. Leurs machines à pain présentent donc généralement des avantages de puissance et de constance de cuisson – et c’est sans compter la qualité de construction allemande, bien entendu.

Caractéristiques

En terme de design, la Rommelsbacher ne présente que des avantages. Plus haute que large pour occuper moins de place sur le plan de travail, avec une bonne optimisation du volume et une finition chromée passe-partout et élégante. C’est un sans faute. Sur le dessus, on retrouve un écran LCD et les différents boutons de programmation. Dans l’ensemble, la prise en main est enfantine si on sait déjà se servir d’un four traditionnel.

Mais en plus de la vitre, qui permet de surveiller la cuisson, on découvre une nouveauté que l’on croise rarement en entrée de gamme : un réservoir à ingrédients. C’est un petit boîtier situé au-dessus de la cuve qui permet de disséminer certains ingrédients pendant le pétrissage. Et une fois qu’on l’a essayé, difficile de s’en passer. Si vous voulez faire une brioche aux pépites de chocolat par exemple, en mettant les pépites directement dans le mélange, vous prenez le risque de finir avec un gros paquet de chocolat au coeur – c’est à cause du mouvement limité du pétrin par rapport au travail manuel. Un distributeur d’ingrédients permet de mieux répartir ce type d’ingrédients : céréales, noix, pépites, fruits secs, fruits confits…

La cuve a une contenance d’environ 1.8L. En prenant en compte la levée de la pâte, on peut estimer que cette machine à pain conviendra pour des miches de 700 à 900g : c’est tout à fait raisonnable. Même pour les français, qui figurent parmi les plus gros consommateurs de pain du monde avec leurs 120g par jour : pour un couple, deux pains par semaine devraient être amplement suffisants.

La Rommelsbacher propose 13 programmes. Ça peut paraître peu, mais cette fois on ne voit pas de redondance particulière, ce sont bien 13 paramétrages différents. Ils permettent de faire du pain standard, des pâtes sablées, des gâteaux… mais aussi des pains sans gluten, plus difficiles à pétrir, et même du pain de mie. Sans compter les programmes pour confiture, pour le coup très efficaces. Chacun des programmes est ensuite personnalisable pour ajuster selon vos goûts et vos attentes – pâte à pizza, pain léger…

On peut programmer ces recettes jusqu’à 13h à l’avance. La grande force du système Rommelsbacher, c’est ce qu’on appelle la « mémoire de programmation ». Vous pouvez arrêter la machine à pain pendant une heure, puis lui demander de reprendre là où elle s’était arrêtée. Idéal pour ne pas perdre de temps à reconfigurer votre cuisson en prenant en compte les tâches déjà effectuées par la machine.

La qualité de construction est un autre avantage. Les pièces sont solidaires et solides : et ce n’est pas qu’un argument de solidité. Ça lui permet aussi d’être très silencieuse pendant le pétrissage. Attention cependant, la finition inox transfère une partie de la chaleur pendant la cuisson et peut atteindre jusqu’à 50 degrés. Ce n’est pas assez pour causer des brûlures, mais il vaut mieux ne pas poser d’objets dessus.

Verdict

Facile à utiliser, pour un résultat impeccable et une grande liberté d’utilisation : la Rommelsbacher présente tous les avantages les plus importants pour faire une bonne machine à pain.

machine-a-pain-moulinex-pains-tresors-ow250110

5. Moulinex OW2501 – La meilleure machine à pain de milieu de gamme


  • Fonction yaourtière
  • Compartiment à ingrédients
  • Super cuisson
  • Construction solide
  • Légère (4.5kg)
  • Recettes fournies décevantes

On ne présente plus Moulinex, partenaire français de la cuisine facile depuis presque un siècle. Si la marque a eu ses hauts et ses bas en terme de qualité de construction, leur gamme de machine à pain la plus récente figure parmi les meilleures. La OW2501 ne fait pas exception, et pour un prix très confortable.

Caractéristiques

Un des principaux avantages de la machine à pain Moulinex, c’est la grande liberté d’utilisation qu’elle offre. Et c’est notamment dû à son interface claire et minimaliste. Elle est programmable, avec la possibilité de prévoir un départ différé jusqu’à 13h. Il faut cependant prendre en compte que certains types de préparations doivent être démoulés tout de suite, pour éviter les mauvaises surprises. Par exemple, les brioches peuvent accrocher à la cuve et finir par se déchirer.

C’est peut-être pour ne pas avoir à préciser ce point que les recettes Moulinex sont aussi déroutantes. Dans le cas de la brioche par exemple, la marque préconise une dose de beurre tout à fait inhabituelle… On préfèrera utiliser ses recettes préférées, qui fonctionnent très bien avec l’appareil.

Car avec son pétrin de 720W, elle viendra à bout de toutes les pâtes, même les plus difficiles. Et c’est un très bon point pour les pâtes sans gluten, par exemple, qui ont tendance à être plus épaisses ou plus sèches avant la cuisson.

Cette machine à pain Moulinex permet de faire des pains allant de 500g à 1kg, avec une constance et une qualité de cuisson exceptionnelle pour tous les formats. C’est assez rare : il est fréquent qu’une même machine à pain soit mal calibrée pour un pain plus petit, notamment. En l’occurrence, nous n’avons constaté aucun problème de ce type.

Ce qui nous a plu dans la Moulinex, c’est sa polyvalence. Car c’est un modèle assez qualitatif pour vraiment envisager de s’en servir pour faire des confitures ou des compotes… Et même des yaourts. Grâce à la contenance de sa cuve, on peut faire jusqu’à 1 litre de yaourt frais ! Les possibilités sont infinies.

Verdict

En clair, la Moulinex est une machine à pain qui peut paraître relativement basique dans ses fonctionnalités. Mais en réalité, la constance et la qualité de son pétrin et de la cuisson permettent de faire à peu près n’importe quelle préparation sans effort, avec un résultat très satisfaisant.

machine-a-pain-moulinex-homebake-m502001EE

6. Morphy Richards Homebake – Une machine à pain de milieu de gamme simple et fiable


  • Bonne qualité de pain
  • Utilisation facile
  • Super rapport qualité-prix
  • Qualité de construction
  • Tendance à chauffer

Morphy Richards n’est peut-être pas la marque la plus connue en France en terme d’électroménagers. Mais au Royaume-Uni, elle jouit d’une excellente réputation. Comparable à Moulinex – en plus joli, autant le dire – le fabricant britannique s’est notamment spécialisé dans les machines à pain. La Homebake présente le meilleur rapport qualité-prix de leur gamme, et vous allez vite voir pourquoi.

Caractéristiques

La Morphy Richards est très élégante, et c’est une des signatures design de la marque. Cette machine à pain présente une belle finition inox, mais surtout une forme rectangulaire efficace en terme de place. Avec une taille de 27cm sur 37, elle prend raisonnablement peu d’espace sur le plan de travail. Attention cependant, comme toutes les finitions inox, cette machine à pain aura tendance à chauffer pendant la phase de cuisson.

Contrairement à beaucoup de leurs concurrents, la marque a fait le choix de boutons tactiles plutôt que mécanique – c’est plus hygiénique. En revanche il arrive qu’on doive appuyer une ou deux fois supplémentaire pour que la demande soit détectée si vous avez les mains humides : dans une cuisine, c’est fréquent. Dommage.

Cette machine à pain permet de faire des pains de 600 ou 900 grammes, soit assez pour tenir une semaine en couple, et quelques jours en famille. Comme de nombreux modèles, elle permet de paramétrer l’intensité de cuisson de la croûte – et les goûts, dans ce domaine, ne se discutent pas.

Le manuel guide l’utilisation de la machine à pain pas à pas. Et contrairement à la plupart des manuels d’électroménagers, on aura tendance à garder celui-ci à portée de main avec ses livres de recettes. Car il détaille notamment comme profiter des nombreux programmes, et quels ajustements vous pouvez apporter.

Parmi les 14 programmes disponibles, on trouve notamment du pain sans gluten, des pains de Madère, du pain de mie maison, du pain complet… Des options pratiques, pertinentes mais surtout, des résultats qui sont au rendez-vous. La qualité de la cuisson est constante d’un programme à l’autre. Et c’est un gros avantage : des programmes bien calibrés font économiser beaucoup de temps et évitent de tâtonner longtemps pour trouver le réglage idéal d’une recette à l’autre. On trouve aussi 25 recettes spéciales dans le manuel, qui permettent de réaliser des préparations de A à Z.

Verdict

De manière générale, les performances de cette machine à pain sont donc excellentes pour un modèle de milieu de gamme. Si vous cherchez un modèle versatile, efficace, et que vous apportez une attention particulière au design, c’est un choix sûr.

machine-a-pain-riviera-bar-mp-570

7. Riviera et Bar MP 570 – La meilleure machine à pain haut de gamme


  • Grande capacité
  • 24 programmes bien calibrés
  • Maintien au chaud
  • Excellente qualité de construction
  • Livre de recettes fiable et varié
  • Un peu lourde

Riviera et Bar est sans doute la marque française la plus reconnue dans l’électroménager haut de gamme. Leurs produits, polyvalents et d’excellente confection, peuvent même entrer dans la catégorie semi-pro et il n’est pas rare d’en trouver dans de petits restaurants, par exemple. La machine à pain de Riviera et Bar est exactement à cette image : plus chère, mais aussi plus complète.

Caractéristiques

Le premier élément que l’on peut noter de cette machine à pain, et qui est commun à de nombreux électroménagers Riviera et Bar, c’est l’aspect pro et compact. On sent qu’elle est conçue pour une cuisine sérieuse et organiser : et il n’y a pas de raison que les amateurs n’en profitent pas non plus. L’ensemble de l’appareil est en inox – on rappelle les dangers que cela peut représenter en terme de chauffe, attention à ne pas placer la machine à pain près d’objets inflammables. Dans la même logique de restauration, elle est aussi très facile à nettoyer. Même le panneau de contrôle, à boutons physiques, est recouverte d’un film plastique agréable au toucher et hygiénique.

Cet effort de compacité est d’autant plus admirable qu’elle produit des pains jusqu’à 1.5kg. La constance de la température et la qualité des matériaux de revêtement permet d’obtenir de bons résultats quelles que soient les recettes. Ça vaut aussi pour les confitures, qu’elle réalise très bien – et pour lesquelles on apprécie vraiment la facilité d’entretien, pour le coup. Comme pour la Croustina, la pale est aussi rabattable.

C’est aussi la machine à pain la plus puissante de ce comparatif, avec une puissance nominale de 820W. Un pétrin plus puissant aura tendance – paradoxalement – à être moins bruyant, puisque le moteur ne peine pas à pétrir, même les pâtes les plus fermes. C’est un excellent point pour la confection de pains sans gluten, par ailleurs.

L’ensemble est très stable, on ne devrait pas avoir de problèmes pendant la phase de pétrissage. D’abord la forme rectangulaire et basse de la machine à pain tranche avec d’autres modèles, plus cylindriques et hauts, dont le centre de gravité est moins équilibré. La Riviera et Bar ne va pas bouger sur le plan de travail, ou vibrer, ce qui contribue à réduire son volume sonore de fonctionnement.

L’autre raison de cette stabilité, c’est un de ses inconvénients : elle pèse un petit peu plus de 9kg. On peut difficilement envisager de la ranger après chaque utilisation.

La Riviera et Bar se rattrape sur sa polyvalence, en revanche. On a déjà mentionné la qualité des calibrages sur les différentes recettes et la qualité du résultat, même sur certaines confections plus délicates comme les confitures. C’est l’occasion de se plonger dans les 24 programmes différents, couplés à un distributeur d’ingrédients qui multiplie les possibilités et les combinaisons gourmandes. Le livre de recette inclus regorge de bonnes idées, et les retours de ceux qui ont essayé de les suivre sont très positifs.

Enfin, il y a la fiabilité d’un modèle français qui entre en jeu. On bénéficie d’une garantie de 3 ans sur les pièces détachées, facile à faire valoir auprès d’un service client dédié. Si on prend en compte, dans le prix de certains modèles moins chers, la nécessité de changer les pales régulièrement – environ une fois par an si vous l’utilisez très souvent – ça commence à valoir le coup de rallonger un peu votre budget !

Verdict

La Riviera et Bar est la meilleure machine à pain haut de gamme. Certaines de ses limitations – notamment son poids – risquent de la défavoriser face à d’autres modèles plus abordables et plus classiques. Mais si vous cherchez la polyvalence avant tout, c’est celle qu’il vous faut. Si vous préférez un modèle plus traditionnel et la qualité de cuisson, ce sera plutôt la Croustina. Mais vous ne devriez pas regretter l’achat d’aucun de ces deux modèles.


machine-a-pain

Guide d’Achat : tout ce qu’il faut savoir sur les machines à pain avant d’en acheter une

Sommaire du guide:

Les fonctions d’une machine à pain

Une machine à pain peut-être un électroménager tout à fait classique. C’est une sorte de mini-four avec un système de pétrin intégré. On s’épargne donc, en particulier, la tâche délicate de pétrir la pâte – ce qui est, ceux qui ont déjà essayé pourront en témoigner, très physique et difficile à réussir du premier coup. D’autant qu’un pain réussi doit être pétri longtemps et par intermittence, pour laisser au levain l’occasion de faire son travail et de faire monter la pâte.

Mais certaines machines à pain proposent des options plus variées. La plupart, par exemple, comprennent un programme de maintien au chaud, pour avoir cette impression de « tout juste sorti du four ».

Le départ différé est aussi une option intéressante, elle permet par exemple de lancer un programme longtemps à l’avance et de prévoir la fin du cycle pour une heure précise – quand on rentre du travail, ou au réveil par exemple.

Enfin on peut aussi bénéficier d’un réservoir à ingrédients, présent sur un grand nombre de modèles. Il permet de disséminer des graines, des pépites de chocolat, etc… de manière homogène dans la pâte pendant le pétrissage.

La taille du pain

En France, on n’a pas tout à fait l’habitude de choisir notre pain au poids. Par exemple, tout le monde ne sait pas qu’une baguette standard pèse 250 grammes. Difficile donc de trancher quand il s’agit de choisir une machine à pain sur le critère de la taille.

Pour mieux s’y retrouver, on peut garder en tête qu’une miche de 500g donne environ 8 tranches, de 1kg 16 tranches et de 1,5kg 24 tranches. À vous de déterminer la consommation de votre foyer, et la fréquence à laquelle vous allez vouloir faire du pain.

De manière générale, le pain d’une machine à pain se conservera mieux qu’une baguette, notamment grâce à sa forme – une baguette étant plus fine, elle sèche plus vite.

Les réglages

Même les machines à pain les plus classiques vous laissent une certaine liberté de contrôle. Les plus basiques comprennent la cuisson de la croûte – souvent sur trois niveaux de dorure -, ou la possibilité de pétrir sans cuire, et vice-versa. C’est notamment pratique pour faire vos pâtes à pizza ou pâtes brisées.

D’autres machines à pain vont inclure ce qu’on appelle des programmes. Ils seront plus ou moins bien calibrés pour différents types de pain, et c’est un facteur déterminant de la qualité d’une machine à pain. Difficile de le savoir sans les tester en revanche, on conseillera de s’appuyer sur les retours des clients.

Parmi ces programmes, on retrouve parfois la possibilité de faire des confitures, des compotes ou même des yaourts. Pour ces programmes, il est conseillé de viser au minimum dans les modèles milieu de gamme pour obtenir un bon résultat.

La durabilité

L’argument principal d’une machine à pain, c’est qu’on gaspille moins, que le pain coûte moins cher et que ce n’est pas plus difficile. À condition, naturellement, qu’elle dure plusieurs années.

Étant donné que c’est un électroménager relativement simple, ça devrait être le cas. Mais il faut quand même veiller à quelques critères pour s’en assurer.

La qualité du revêtement de la cuve de cuisson est un premier élément à surveiller. Comme pour une poêle, un revêtement de mauvaise qualité risque de se rayer ou de s’écailler – l’idéal étant encore une cuve céramique, comme pour la Croustina.

Puisque la phase de pétrissage est assez intense, on cherchera aussi un bon ratio entre le poids de l’appareil et la puissance du moteur. Plus elle est légère, moins on conseillera un modèle avec une puissance élevée, car les vibrations et les mouvements seront bruyants et vont, à terme, endommager la machine à pain.

Les pales et la cuve sont remplaçables en cas de pépin. Si vous optez pour un modèle d’entrée de gamme, consultez rapidement le prix de ces pièces détachées et faites le calcul sur le long terme pour voir si le compromis sur la durabilité continue de valoir le coup – c’est parfois le cas.


FAQ : on répond aux questions que vous vous posez sur les machines à pain

💰 Combien coûte une bonne machine à pain ?

Si vous cherchez un modèle d’entrée de gamme, on conseille de toujours prendre celui avec le moins d’options possibles. Vous aurez davantage de chance de bénéficier d’un bon pétrissage et d’une cuisson fiable – c’est encore le plus important. Vous pouvez alors vous orienter vers un modèle entre 70 et 100€, en étant particulièrement prudent si votre budget est plus réduit que cela. À 50€, nous n’avons trouvé qu’un seul modèle satisfaisant.

Pour un modèle plus polyvalent et un pétrin plus costaud, on préfèrera les modèles à 100€ et plus. C’est à partir de là que l’on est sûr de pouvoir faire des pains sans gluten, par exemple.

Un cuiseur qualitatif, avec de bons matériaux, des programmes fiables et variés et des options utiles, en plus de tous les avantages que nous avons listés précédemment, il faudra compter plus de 150€.

🥇 Comment réussir son pain avec une machine à pain ?

Le choix de la machine à pain est évidemment un facteur important dans la qualité du pain obtenu. Mais les ingrédients aussi ! Quelques astuces peuvent vraiment améliorer le résultat.

Utilisez, si possible, de l’eau à température ambiante. L’eau froide freine la levée de la pâte, et l’eau chaude endommage la levure – qui est vivante, ce sont des champignons microscopiques. Dosez votre sel avec parcimonie, puisque le sel est un antifongique naturel qui risque de limiter l’action de la levure. Évitez également de mélanger ces deux ingrédients directement, diluez toujours la levure dans la farine.

Si le résultat n’est pas à votre goût, vous pouvez essayer avec différents types de farine. Sans trop nous épancher sur le sujet – car il y a beaucoup à dire – toutes les farines ont un code correspondant à leur teneur en minéraux. T45, T55, T80 etc… Vérifiez que vous utilisez le bon type de farine pour ce que vous essayez de faire. C’est aussi l’occasion de découvrir les nombreuses farines alternatives qui existent : sarrasin, épeautre…

🕒 Combien de temps se conserve le pain d’une machine à pain ?

Ça dépend des recettes, mais généralement plus longtemps que le pain baguette classique. Comptez en moyenne 3 à 5 jours. Cette donnée devrait être indiquée sur la recette.

✋🏼 Comment utiliser une machine à pain ?

Normalement, l’utilisation d’une machine à pain est simplissime. Choisissez le programme le plus adapté à la recette que vous comptez faire – pain de mie, pain aux céréales, pain sans gluten… – versez les ingrédients et laissez la machine à pain prendre le relais.

Certaines recettes sont mieux réussies si vous démoulez la préparation tout de suite. C’est surtout vrai dans le cas des brioches par exemple, qui sont riches en beurre. D’autres peuvent être maintenues au chaud pendant quelques temps sans problème.

🔧 Comment entretenir une machine à pain ?

Nettoyez-la entre chaque utilisation. Attention à ne pas mettre la cuve et les pales au lave-vaisselle si c’est contre-indiqué, vous risqueriez d’endommager le revêtement.

Le plus important, c’est de ne pas laisser la surface de cuisson s’encrasser – elle se trouve entre la cuve et les parois de l’appareil. Tout résidu de pâte ou pire, de confiture, risque de brûler et de dégager une odeur désagréable. Et c’est aussi très mauvais pour la durabilité de l’appareil.

Si la pale commence à être abîmée, ou si elle présente le moindre défaut, changez-la tout de suite. Les pales de rechange sont en général bon marché, et vous êtes ainsi sûr de ne pas abimer votre pétrin.

⚙️ Comment changer les pales d’une machine à pain ?

C’est très simple, puisqu’on doit de toute façon retirer la pale à la fin de la cuisson sur la plupart des modèles. Certaines marques utilisent des pales non-propriétaires qui seront compatibles d’une machine à l’autre, sinon il faut se procurer celle recommandée par le fabricant.

Attention à bien les passer à l’eau chaude avant la première utilisation. Il peut y avoir des résidus de poussière d’usinage qui donnent un goût désagréable ou émettent des fumées. C’est aussi le cas des cuves de cuisson.

🛒 Où acheter une machine à pain ?

On trouve toujours une poignée de modèle dans les magasins d’électroménagers. Mais dû au relativement faible volume de ventes, la variété de choix est rarement satisfaisante. C’est pourquoi on conseille plutôt de jeter un oeil aux vendeurs en ligne.

D’autant que deux pays voisins de la France ont beaucoup plus intégré la machine à pain dans leur cuisine : le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les allemands, comme les britanniques, n’ont pas l’habitude d’aller à la boulangerie aussi souvent que les français. La boulangerie est un lieu plutôt cher, avec des produits qualitatifs – tandis qu’en France c’est le commerce de proximité le plus prolifique de nos centre-villes.

Résultat, la sélection que l’on trouve sur les e-commerces inclut souvent davantage de modèles d’imports comparables voire supérieurs à ceux de Moulinex.

>